Vide

Salut les gens, 

Enfin, enfin, les humains cessent de nous saouler avec leurs voeux à la con. Oh ils en traînent encore ici ou là, lorsque les hommes n'ont rien d'intéressants à partager. Je hausse les épaules à chaque fois et me replonge dans mes habits de fantôme. 

Bordel que la vie est fade sans mon Eclipse, putain que sa disparition est une plongée en enfer. Pas une minute, pas une seule minute depuis qu'elle est partie, je n'ai pensé à elle. Je ne suis pas le roi Renaud, je n'ai pas comme lui " Ce don du ciel, cette grâce, qui rend la vie moins dégueulasse". Je veux parler du talent d'écrivain, de manieur de plume. Pourtant, je voudrais tant puiser dans les mots, le remède. Faire courir sur le papier ou sur les touches du clavier, la haine, la colère, l'injustice, la tristesse et la détresse. J'écris ces lignes en regardant la montagne là-haut, où elle repose. Cette montagne que nous avons gravi tant de fois, elle est moi. En trail, en randonnée, en ski. J'ai l'impression qu'une force invisible m'appuie sur les épaules, me maintiens la tête en bas. Combien de fois nous sommes nous assis côte à côte en regardant la vallée et le monde d'en bas. Combien de fois l'ai-je pris dans mes bras tout au sommet en lui disant merci. Merci d'exister, merci d'être là. Merci de m'avoir donné envie de recourir la montagne. Je suis vide, vidé, épuisé et fade. Nous sommes le 12 janvier, aujourd'hui, Naïka a 7 mois.Une fabuleuse petite chienne retriever. Douce, gentille, caline et belle. Elle aussi, comme ma compagne et mes amis, va tenter de me faire remonter cette putain de pente. Le 12 janvier, je n'ai pas encore chausser les running de l'année, pas chausser les skis, pas les raquettes. Une petite mort en somme. Pas le goût. Sans Eclipse, tout est dérisoire. Vous qui passez par là devez vous dire " il est barge celui là, pour un chien...". Oui, je suis barge et comme le chante si bien Renaud " Si moi je suis barge ce n'est que de tes yeux, car ils ont l'avantage d'être 2". Mon "deux" à moi, c'était cette boule de poils impulsive, solide, pleine de jus. Mon "deux", c'était son regard si plein d'amour. C'était sa joie de bondir hors du coffre tandis que je chaussais sac à dos, chaussures de ski ou mes basquettes. Elle revenait comme une bombe après être allée fouiner dans les fourrés. Elle semblait demander " On va où Chris ?". Et au retour, quand elle sautait de nouveau dans la voiture, je ne dérogeais jamais au rituel du gros calin et des remerciements. Eclpise a embelli 8 ans de ma vie. Inséparables, complices, elle m'a aidé à surmonter tous les coups bas de l'existence. Les disparitions, les embrouilles, les mensonges, la vie. Il y a quelques jours, j'ai emmené Naîka chez le vétériaire. On nous a installé dans le même cabinet, sur la même table que lors du décès de ma merveille. Et tandis que le véto me parlait, les larmes me sont monté et j'ai pleuré là, devant ce jeune mec incrédule et démuni qui ne savait quoi dire. Depuis, j'ai bien du mal à refaire surface. Tiens, au moment d'écrire ses lignes, une petite chienne vient déposer son museau sur ma cuisse. Je délaisse un instant l'ordi pour caresser sa tête. Merci ma Naïka. Tu as sans doute raison. Il ne faut jamais oublier Eclipse, mais tenter de remettre un pied devant l'autre pour continuer l'histoire. "On ne refait pas sa vie, on continue seulement" a écrit Djian. Continuons alors....

Chris 

 

Renaud Thiéfaine trails

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site