Là-haut

Salut les gens,

Ce matin, la météo bouscule mon programme. La neige et le froid en altitude, me font changer de programme. J'avais décidé d'un joli parcours de trail. Tant pis. Alors, je me remémore une sortie de la semaine dernière. Cherchant à me défouler, cherchant la solitude et cherchant le meilleur moyen pour éviter le blues que je sentais arriver à grands pas, j'ai préparé mon camel-back, mes runnings et hop : Eclipse a proximité, me voilà partis. Tout ce que j'aime sera au menu. Solitude, beauté du paysage, silence. Le début du parcours est en sous bois, je cours sur des aiguilles de pins, le chemin s'élève progressivement, je peux encore courir quand même. Parfois, une trouée dans les arbres me permet d'apercevoir le paysage. J'en prends plein les mirettes. Bientôt un pierrier remplace les aiguilles et je dois faire un peu plus attention où je pose les pieds. Mais comme le chemin commence à me proposer du dénivelé, j'alterne marche et course pour finalement sortir là-haut, vers le lieu dit "le doron". En face de moi se dresse le mont Pourri, majestueux et enneigé. Je continue vers la pointe de l'arpette. La vue est tout simplement à couper le souffle. Le glacier de Bellecôte, le Bécoin, le mont Jovet. Un petit vent m'encourage à ne pas trainer ici. Je redescends vers le lac du Carroley, puis celui des Pierres Blanches, le tout en jetant un oeil sur le panorama. Le Friolin, le dérochoir. Je n'ai pas mis de chrono en route, je ne suis pas là pour la performance mais pour l'éclate. Et c'est réussi. Je continue ma boucle et de l'autre coté de la vallée, je regarde mes lieux de randos. La Pierra Menta se dresse, magnifique. La roche à Thomas, celle de Janathan. Heureusement que je suis allé courir seul car je ne me lasse de regarder, d'admirer. J'entame bientôt la descente. Je rejoins la foret, un bruit dans les fourrés attire mon attention. Eclipse s'est mise aux aguêts. Un chevreuil détale en vitesse. Ne t'inquiète pas vieux. Je ne suis pas dangereux. J'ai du respect pour ta vie. Voilà ma sortie terminée. Je m'étire en profitant du spectacle qui est là, sous mes yeux. Une citation de Renaud pour conclure :

"Je voudrais être un arbre et planter mes racines / Au coeur de cette terre que j'aime tellement / Et que ce putain d'homme / Chaque jour assassine."

Chris

trails montagnes sommets sollitude

Commentaires (1)

1. Rhino Grincheux 05/11/2013

Merci pour cette promenade qui m'a permis de m'évader un peu de ma prison...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×