Influences

Salut les gens,

 

C'est marrant comme tout à chacun a besoin de ranger les choses dans des cases. En effet, depuis la parution du roman, rares sont les journées où on ne me demande pas quelles sont mes influences. On me demande qui j'aime, ils y en a beaucoup ( mais j'suis bon public), qui je déteste, il y en a peu ( mais j'ai les noms), qui je vénère par dessus tout ( il y en a un, mais il est mort). Alors, modestement ici, je vais faire un petit topo.

Je suis un dévoreur de livres, j'adooooore ça. Je lis tout ce qui peut me faire réfléchir, rire, pleurer, révolter. Commençons par les romans : Je suis un inconditionnel de Philippe Djian. J'ai commençé il y a très longtemps avec " Bleu comme l'enfer" et puis je suis tombé dedans, Sotos, Vers chez les blancs, Assassins, Sainte Bob, et j'ai continué avec les derniers, Infréquentable et Incidences. Avec Djian, peu importe l'histoire finalement, c'est son style inimitable que j'aime. C'est sa vision de la vie quotidienne, ce sont ses personnages tourmentés. J'aime Djian, peu importe ce qu'on me dit, je suis un fidèle. Frédéric Dard me transportait aussi. Que ce soit avec San-Antonio que sous son propre nom. Il n'était pas rare que je prenne un fou rire tout seul, avec mon livre entre les mains. Mon préfèré ? " Faut-il tuer les petits garçons qui ont les mains sur les hanches", mais je pourrais en citer tellement. Comme Déproges, Brassens ou Coluche, il me fait chier d'être mort celui là.

J'aime les essais, les enquètes, les pamphlets. Je le cite dans "La perte du fou", le livre de Jean Ziegler "L'empire de la honte" devrait être lu dans les écoles. Une enquète sans concessions sur la famine voulue, prévue, programmée. Sur les bénéfices de Neslé entre autres, résponsable de la déforestation. J'ai adoré les livres de Yves Paccalet, "L'humanité disparaitra, bon débarras" et "Sortie de secours", deux bouquins neccessaires pour qui s'inquiète un peu de notre planète. Que dire du livre de Gérard Charollois "Pour en finir avec la chasse" ? J'aime quand des érudits remplacent mes mots maladroits pour évoquer cette connerie. Dans le même topo, le livre de Christian Laborde "Corrida Basta" vous donnera des armes et des munitions contre cette barbarie. J'en oublie sans doute hein, je pourrais écrire ici pendant des heures. Comme mon amie Céline pourrait écrire sur sa passion de la musique. J'aime les mots de Céline et je vous invite à partager sa passion avec ses deux recueils " Souffler n'est pas jouer" et "Accords et à travers"? J'espère avoir un jour le privilège de partager avec elle une séance de signatures.

Parlons des absents, ceux qui m'ont fait vibrer. Victor Hugo m'a touché, Emile Zola, dont j'ai lu 4 fois "Germinal" était un grand observateur de son siècle. J'aime Voltaire et Diderot. Mon livre de chevet est néanmoins l'intégrale des fables de La Fontaine et je finirais avec deux extraits :

Hélas on voit que de tout temps, les petits ont pâti de la bétise des grands

Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements vous feront blancs ou noirs.

A bientôt les gens, laissez moi vos coups de coeurs, vos impressions.

Chris

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×