ski alpi

En mai, garde ton bonnet

Salut les gens, 

Moi qui déteste les prédictions à la con, style en avril ne te découvre pas d'un fil, je pense qu'on peut éventuellement changer celui de Mai. Ici, c'est plutôt, " En mai, garde ton bonnet". Quelle météo incroyable. Il semblerait que Février et Mai se soient inversés non ? 

Il parait qu'à chaque chose malheur est bon. J'ai trouvé, en montant sur ces sommets que j'aime tant, de vraies bonnes conditions de ski de rando encore. Avec notamment des sorties dans 20cm de poudre légère et volante. J'y trouve là-haut apaisement et oubli. Là-haut, je vais loin des menteurs, des tromperies, des faux semblants, des donneurs de leçons. Là-haut, authenticité et simplicité. Et parfois, parfois, une rencontre incroyable. Mardi, le soleil ouvre ses cils d'or, je me décide au réveil à une sortie skis aux pieds. Je décide aussi d'emmener ma Naïka. Si elle est de chaque sortie trail, en ski, je la laisse parfois à la maison. Pas envie qu'une corniche cède, pas envie d'une coulée, d'un démarrage intempestif derrière un chamois. Et parfois aussi, j'ai envie d'une descente d'une traite dans la poudre qui vole. Mais en ce mardi, je la prends. Elle est heureuse et se roule dans la neige tandis que j'avale le dénivelé en regardant autour de moi. C'est d'une beauté à tomber. Et soudain, après une heure trente de grimpette, je vois une sillouette derrière des arbres. J'attends qu'elle bouge. Un renard non ? Je m'arrête, j'attends.Il bouge enfin. Mais, mais, mais, il est gris, marche la queue entre les jambes est bien plus haut qu'un renard.... J'avance tandis qu'il m'observe. Plus de doute, UN LOUP. l'émotion est grande. Je suis ému aux larmes con comme je suis. Il traverse le couloir de neige et file sur l'autre versant. j'ai la chance de l'observer pendant trois ou quatre minutes. De temps en temps, il fait une halte pour nous observer. Je garde ma chienne près de moi. Il disparait. Nous reprenons l'ascension des images pleins la tête. Je vais me régaler de cette rencontre, de cette sortie, de cette descente dans une super neige. En attendant ma Naïka mais pas tant que ça, car elle galope à l'approche de ses deux ans. Nous avons passé un superbe moment. Une belle montée, un loup, un casse croute tout en haut et dans la solitude, du bon ski. Le top. Différents des jours précédents où j'ai fait succéder montée, descente, montée sur autre versant, descente. La liberté quoi. 

Je reviens vous donner mes conseils littéraires et musicaux.

A bientôt les gens.

Chris.

A part....

Salut les gens,

Un petit article pour évoquer une athlète. Une véritable athlète. Mais aussi une nana à part. Il y a longtemps, presque une autre vie, elle montait sur le podium de la Pierra Menta. Rien que ça. Elle a parcouru et escaladé les sommets du monde. Une alpiniste, discrète, passionnée. Mais ça, c'était avant. Avant l'amour, le véritable. Et de cet amour est née une petite princesse. Donc, on range les skis à la cave, on regarde les hauts sommets de loin. On garde dans un coin de son coeur et sa tête, ceux qui sont partis si vite, trop vite, qui nous manquent. La vie déroule ses soucis, ses bonheurs sous des pas devenus presque normaux. Et puis... Le retour de la motivation. La découverte du trail. Ce sport si génial, qui demande humilité, force, engagement. Tout ce qu'elle est, semble-t-il. La voilà qui s'entraîne, qui court, qui suit un programme, qui fait gaffe à tout. Comme avant.... Mais cette athlète est bien différente de ceux que nous croisons, caméra embarquée sur la poitrine, la tête ou à bout de bras. Toutes les merveilles qu'elle voit, elle les grave aussi sec dans son cerveau. Et quand elle rentre, elle prend soin de sa maison, de sa fille, son compagnon, son animal. Pas question pour elle d'aller immédiatement sur facebook pour montrer ses exploits. Pas besoin de partager, pas besoin de faire croire qu'on est le centre du monde. Elle l'est pour ceux qui l'aiment. Pas besoin de se comparer, se mesurer. La seule place dont elle ne veut pas, c'est être la seconde d'elle-même. Elle donne sans compter. Et puis, un nouveau projet la tente, la 6000 D, la fameuse 6000 D, celle qui envoute, qui fait peur, qui transcende. Alors, elle se lance, sans rien dire à personne, sans se vanter sur les réseaux sociaux. Mais elle avance, elle avance. Et elle va réussir son pari fou. Boucler les 65kms et les 4000 m de dénivelé positif. D'autres seraient devenus des héros de village. Elle ne dit rien. Mais elle peut regarder autour d'elle là-haut et compter combien ils sont, les fous d'internet, les "J'ai fait ceci et cela aujourd'hui", les " regardez bien comme je suis fort". Combien ils sont à avoir tenté et réussi ce pari fou. Bravo miss. Moi, j'ai beaucoup de respect pour votre carrière de skieuse, pour votre savoir faire d'alpiniste, pour votre engagement en trail. Mais au delà de ça, c'est bien l'humaine que je respecte.

Chris.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site