Créer un site internet

Philippe Djian

Journal d'un confiné 10

Salut les gens, 

Nouvelle page d'un journal d'un confiné. Aujourd'hui, en temps normal, serait un jour comme je les aime. La pluie de la nuit fait place à un soleil qui s'est fait  une trouée au travers les flammes de brume qui recouvrent la montagne. A cette époque, j'aime ces journées. J'aime la tranquilité de la région après 5 mois de folie. J'aime mettre mes basquettes et aller courir là-haut et monter, dépasser la mer de nuage et me régaler du silence et des odeurs. Mais nous ne sommes pas en temps normal. Il nous faut encore respecter ce confinement qui devient quand même lourd à supporter. Mais il nous reste quelques plaisirs à ne pas négliger. Aujourd'hui, je vous propose ce partage.

Un livre : "Le club des incorrigibles optimistes" de Jean-Michel Guenassia.

Mais aussi " A l'aube" de Philippe Djian. Un Djian dont on m'annonce la parution d'un nouveau bouquin "Pour la première fois". J'attends donc.

Je ne peux vous parler de Djian sans évoquer la magnifique lettre qu'il a écrite pour France Inter la semaine dernière. L'excellent Augustin Trappenard a demandé à des personnalités d'écrire à la personne de leur choix et Trappenard lit les lettres à l'antenne. Sublime.

Après ça,  Stephan Eicher, l'album "Homeless Songs" et la géniale chanson " Toi et ce monde"

Et puis, parce qu'il faut souffler et là, je remercie Chou de m'avoir prêter l'intégrâle, "Kaamelott". Je me marre tout seul et franchement, quel pied.

Voilà les gens.

Portez vous bien.

Chris.

Journal d'un confiné 8

Salut les gens, 

Retour aujourd'hui sur cette page pour poursuivre l'écriture de ce journal d'un confiné.Ce billet ne sera sans doute pas le plus gai. Il ne sera sans doute pas très structuré non plus. Ce matin, comme dirait un ami, j'ai le blase. Dehors, le soleil brille de mille feux mais dans ma tête, la nuit est tombée. Vous allez me dire que je n'ai pas trop à me plaindre, qu'il y a toujours pire et même si vous avez raison. Ici, je craque un peu. Je craque car j'en ai marre d'avoir mal à ce fichu pied. Cette douleur persistante devient compliquée à vivre. Boiter, se crisper à chaque pas, craindre le moindre contact. J'en ai marre. Et puis, je regarde là-haut. Là-haut, où la montagne semble vraiment me narguer, noyée sous le beau temps. A cette époque, je cours, je cours, je cours en général. Des sorties trails entrecoupées de rando à skis. Je me gave de solitude et de silence. Je me remplis de cette beauté que les hommes s'échinent à tuer.Je suis ce qu'on appelle un traileur contemplatif. J'aime être dans ce monde à part. Ce monde d'espace, de solitude et de silence. Et ça me manque. C'est mon monde, mon univers. Et je suis comme un étranger enfermé. Alors oui, parfois je m'énerve. Je m'énerve en voyant des randonneurs peu scrupuleux. Quand je les vois laisser leurs déchets. Ils m'énervent aussi quand ils jettent des pierres pour faire courir les marmottes. Et ils me rendent fou quand ils sont armés et cherchent à dézinguer tout ce qui bouge. Aucun respect pour la vie. Je ne comprendrais jamais ce besoin de sang. Ce besoin de puissance. D'avoir l'impression de dominer, d'avoir le droit de vie ou de mort. Je vous vomis chasseurs. Savez-vous qu'ils ont des dérogations durant ce confinement pour aller assouvir leur besoin de mort ? Politiques, je vous vomis aussi.

Alors comment ne pas virer fou ? Je ne m'ennuie jamais, mais le manque est là. Alors quoi faire. Je lis, je lis, je lis. Et je retrouve aussi le plaisir des mots croisés. En général, après le repas, un petit café au soleil avec une grille à remplir. Et puis... Ecrire. La reprise de mon roman " Je n'ai pas dansé depuis longtemps" me permet de m'immerger dans l'histoire, dans les personnages. Une sorte de soins paliatifs. 

La musique aussi m'aide à tenir le coup. Le concert en pointillé de Eric Frasiak, Evelyne Gallet ou Marion Roch. Mais.... "Pas d'soucis" me manque. Nous venons de sortir notre 7ème album et nous rêvions d'aller le faire découvrir. Mon pote me manque, nos fous rires en répète comme en concerts, notre complicité, réduite à nos appels quotidiens.

Mes chers parents me manquent. Je ne peux conduire, je ne les ai pas vu depuis un siècle. Quelle tristesse. Eux que j'aime tant.

Mes amis, mes chers amis, vous me manquez aussi. Que vous soyez mes potes, mes collègues d'en haut. Nos chambrages, nos rigolades, nos déprimes. Nos conneries. Ne plus pouvoir planquer les skis de Jean. Ne plus graisser les skis de Jean. Ne plus pouvoir lui remplir son sac de conneries. Bref, une belle équipe. OUI, vous me manquez. 

Mon ami Fab, mon très cher ami. Nos liens sont si forts. Ils sont réduits à des appels. Mais, nos discussions, nos échanges, nos repas. Ton intelligence, tout me manque. 

Voilà les gens, c'était la complainte d'un privilégié. Mais aujourd'hui, le noir prend le dessus sur la lumière.

Chris.

Journal d'un confiné 5

Salut les gens, 

Journal d'un confiné N°5

En plus d'être confiné, condamné à regarder les sommets depuis ma fenêtre, me voilà blessé en plus, ce qui n'arrange rien aux fourmis que j'ai dans le moral. Mais parfois, je réussis à relativiser mes ennuis de riche. J'ai une petite routine de con fini. Chaque matin, réveil et petit dej en écoutant France Inter. Vient ensuite le moment allongé sur le canapé avec de la glace sur le pied. C'est le moment de ma première lecture. J'aime les livres, j'aime lire, j'aime les écrivains. J'aime aussi qu'on me parle de bouquins, comme le fait si bien Inter tout au long de l'année. En ce moment, chaque matin, l'excellent Augustin Trappenard, sur cette même radio, fait la lecture d'une lettre d'un auteur, auquel il a demandé quelques lignes. Ce matin, j'ai pris la claque de la lecture de Daniel Pennac. 

Je m'en vais ensuite flâner un peu sur le net. Comme tous les jours, je vais écouter l'ami Eric Frasiak proposer son concert en pointillé du matin.J'adore ça, sa plume, son verbe, sa personnalité. Je vous ai souvent parlé de lui. Pas assez, foncer l'écouter les gens, un pur bonheur. Et comme son humilité et sa simplicité sont à la hauteur de son talent....

Au moment, où je tape ces mots sur le clavier, je jette un oeil à mon intérieur proche. Sur un bras du canapé les fables de La Fontaine. Je picorre souvent là-dedans. Je découvre encore, après toutes ses années, des subtilités, des bijoux de phrases et d'intelligence. Plus loin, les deux livres lu la semaine dernière " La danse du chagrin" de Bernie Bonvoisin et le fameux " Dans les forêts de Sibérie" de Sylvain Tesson. Je me faisais du souci car ma pile fondait. Il m'a fallu faire appel à deux amis qui ont gentiment livré en bas de chez moi lorqu'ils sortaient en course. Le premier m'a déposé "Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison" de Arto Paasilinna et "Le club des incorrigibles optimistes" de JM Guenassia. Tandis que mon autre pote à déposer lui " Vivre" de Elisabeth Revol et "Raide vivant" de Paul Bonhomme. Quel plaisir de lire, de bouffer des phrases et des mots.

Une pensée aujourd'hui pour deux amis proches à la plume volante, Le rhino grincheux et Céline Aubertot Cauvin.

Je pense à vous les amis.

Chris.

Qu'est-ce que les gens ne comprennent pas ?

Salut les confinés, 

Une question, non, des questions me viennent à la bouche en ces jours tristes et désabusés. La première est assez simple : Qu'est-ce que vous ne comprenez pas quand on vous dit " Restez chez vous " ??? Je ne sais pas moi, faites comme Perceval et Karadoc dans Kaamelott , dites " C'est pas faux". Non mais c'est vrai quoi. C'est fou le nombre de gens qui se sont découvert une passion pour la nature et leurs basquettes cette semaine. Je vois même ma voisine tourner autour de sa maison. Bon ok, je suis pour moi, que tout à chacun se mette au sport, vraiment, sincèrement., c'est juste le timing qui me pose question. 

Hier soir, dans le jardin de mes voisins, voilà qu'on se croit au mois de mai, quand ces fichus barbecues fleurissent de partout. Les potes sont là, les enfants sautent sur le trampoline, la bière coule à flot. Top quoi. Chacun a son explication personnel, chacun regarde par le petit bout de sa petite lorgnette, chacun regarde son nombril. Et pendant ce temps là, nos blouses blanches sont débordées, usées, fatiguées. Au lieu de les applaudir tous les soirs à 20h, écoutons les.

En même temps, on ne peut pas dire que le message du gouvernement soit des plus clair. Restez chez vous, mais il faut aller travailler. Mon frangin bosse dans une ferronnerie, zéro souci, tout l'atelier est au job, côte à côte. Il vient de se servir de son droit de retrait mais n'est-ce pas abérrant ? Perso, je ne pige rien.

Mais revenons à notre confinement. Ne serait-ce pas le moment idoine pour lire ? Pour écouter un album en entier et se délecter des mots et des notes. Brassens, Férré, Frasiak, Rimbaud peuvent nous donner de quoi réfléchir, sourire et aimer. Profitons en.

Belle soirée à tous.

Prenez soin de vous et restez chez vous.

Chris, con fini.

Janvier

Salut les gens, 

La météo s'acharne. Les tempêtes succèdent aux tempêtes. Il nous faut quand même sortir nous aérer les neuronnes. Après une sortie raquettes la nuit du 31, je repense à tout ce que je pourrais vous proposer pour éclairer les soirées, les jours pluvieux. Quelques conseils :

Un livre " Dispersez-vous, ralliez vous" de Philippe Djian, un putain d'écrivain. Et comme il fait un clin d'oeil à Rimbaud avec ce titre extrait des "Corbeaux" de Arthur, je vous invite à découvrir ce poème.

Un peu de musique ?

Thiéfaine " Stratégie de l'inespoir"

Renaud " Hexagone"

Frasiak " J'traine"

Trust " Marche ou crève"

Mickey 3D " Respire"

Brassens " Je suis un voyou"

Souchon " Putain ça penche"

Dites m'en des nouvelles...

 

Chris.

Mai 2017

Salut les gens,

Mes petits conseils pour éviter les soirées débilisantes.

Un livre ? " Marlène", le dernier roman de Philippe Djian. Un nouveau bijou, son style incomparable me ravi à chaque lecture. Je me suis régalé.

Un film ? " Robin des bois", quand des humanistes volent aux riches pour donner aux pauvres.... Utopique. L'inverse du programme Macron, l'homme qui cherche un boulot pour déreglementer celui des autres, dixit Charline sur Inter.

Un disque ? non, des chansons, de circonstances ou pas...

" La fille qui nous sert à bouffer" de Sarclo

" En remontant le fleuve", de Thiéfaine.

"Comme un avion sans ailes", de Charlélie Couture

" Les mains d'or" de Lavilliers

"Soyez Pédé" de Font et Val

"Fatigué" de Renaud

"Respire" de Mickey 3D

" En cloque" de Renaud

"Lire aux chiottes" de Benoit Dorémus

"Brassens en pleine poire" de Benoit Dorémus encore.

"Du brun" de Sarclo

"Jour de poisse" de Garance

"Je t'écris" de Eric Frasiak.

A bientôt les gens.

Chris

Pensons

Salut les gens,

Voici donc ce fameux mois de mai qui déboule déjà. Mes potes ne jurent que par des barbecues à la con et du rosé. Moi, je vois plutôt s'avancer un mai noir. Le monde politique est stupéfiant. Mais il faut bien reconnaitre que les plus stupéfiants sont nos compatriotes qui ont poussé une fois encore la haine au second tour. Tout cela est assez déprimant. Oui, il va falloir foutre un coup de pied au cul de Le Pen, mais nous ne faisons que reculer pour mieux sauter, le FN s'approche du pouvoir. On peut gueuler mais ce n'est pas de la faute des abstensionnistes si la fille du père cyclope y croit de plus en plus. Mais bien de la faute de ces décérébrés qui ont voté pour elle à plus de 20%. Bordel, quel choix de société !!! la haine ou.... La loi du plus fort. J'en ai envie de pleurer. En attendant, nous pouvons nous attendre à un Front National a environ 40% !!!!!!!!! Sans rire. Au pays de Voltaire et d'Hugo.

Chris

Janvier

Salut les gens,

Encore quelques petits conseils pour partager des amours. Pour échanger avec vous des mots, des auteurs, des gens qui, comme le chante Renaud " Rendent la vie moins dégueulasse".

Un livre ? " Les fables de Lafontaine". J'y repense après que la justice ait inventé pour Christine Lagarde, le fameux " dispencée de peine". Moi, ça me rend juste dingue. Lafontaine déjà disait " Selon que vous serez puissants ou misérables, le jugement de la cour vous rendra blanc ou noir." Extrait de " Les animaux malades de la peste.

Un DVD ? Eric Frasiak, en concert au théatre de Bar le Duc. Un moment de poésie, de colère, d'humour et surtout de talent. Celui de Frasiak et de son groupe. Merci.

Une fois n'est pas coutume, je vous propose mon top 10 du jour en terme de chansons.

1 : "C'est beau Noel" de Eric Frasiak

2 : Hexagone" de Renaud

3 : Le lit de Léo Ferré

4 : "Espèce de ..." de Frasiak

5 : "Mal barrés" de Renaud

6 : " Infidèle" de Evelyne Gallet

7 : Pourvu que de Gauvain Sers

8 : " Jour de poisse" de Garance

9 : "Le prince charmant" de Evelyne Gallet

10 : " Mon fils est parti au djiad" de Gauvain Sers.

J'espère que vous passerez de bons moments avec eux. Vous trouverez forcément tout ça sur le net

Chris

Mai, joli mai, mois de Marie

Salut les gens, 

Me voilà un brin en avance pour mes conseils de Mai. Je me suis d'ailleurs permis d'emprunter le titre à Hubert-Félix Thiéfaine. Un HFT qui vient de sortir un double live +DVD " VIXI Tour XVII". Je vous le mets dans mes recommandations du mois, de l'année, du trimestre, du siècle carrément. L'occasion une fois encore de découvrir, de redécouvrir quel poète il est.

Un autre disque au lieu de griller derrière des barbecues entouré de pochtrons ?

RENAUD. Oui, le dernier album. Bousillé, éreinté par les bobos parisiens de la presse branchée. On s'en fout de leur avis. En les lisant, je repense à "Où c'est que j'ai mis mon flingue" : " Tout ces petits bourgeois incurables, qui parlent pas qui n'écrivent pas, qui bavent. Qui vivront vieux leur vie de minable, qui ont tous dans la bouche un cadavre...."

Voilà donc la descendance de Brassens et Ferré. Parlons littérature :

" Dispersez-vous, ralliez-vous". Je sais, le titre du nouveau roman de Philippe Djian est tiré de la poésie de Rimbaud " Les corbeaux". J'ai mis quelques pages avant de complètement entrer dans ce livre. Mais maintenant...

Voilà les gens. Si vous passez par là, c'est que comme moi vous êtes amoureux des mots. Renaud vient de pondre un titre sublime que je vous recommande particulièrement " Les mots".

" C'est un don du ciel / Une grâce

Qui rend la vie moins dégueulasse

qui vous assigne une place

Plus près des anges / Que des angoisses."

 

Chris

Mars et ça repart....

Salut les gens, 

Nous voilà en Mars ( et ça repart ?), heu, apparemment, il faut se méfier de ces fameuses barres chocolatées en ce moment.Mais voici plutôt des petits conseils de lecture, musique, reportage.

Un livre ? " Traité du savoir survivre par temps obscure" de Philippe Val. 

Comme je suis de bonne humeur ( comment ça ? pour une fois ???), je vous propose de vous replonger dans "Une saison en enfer" de Rimbaud. Quel régal.

Un disque ? Et oui, Renaud, LE Renaud est de retour, bientôt un album mais aussi en attendant que nos oreilles et nos cerveaux se délectent à nouveau de ses chansons, je vous invite à découvrir son retour dans Charlie-Hebdo et aussi dans l'excellent magazine "Causette". Mais, je m'égare comme on dit à la SNCF, " Renaud à Bobino", un live d'exception. 

Un reportage ? " Seul au monde", un documentaire sur l'extra-terrestre du trail, Kilian Jornet. TOP.

Et je finirais en citant Desproges " A mon avis, le mois de Mars, il ne passera pas l'hiver..."

 

Chris

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×