colères

Journal d'un confiné 8

Salut les gens, 

Retour aujourd'hui sur cette page pour poursuivre l'écriture de ce journal d'un confiné.Ce billet ne sera sans doute pas le plus gai. Il ne sera sans doute pas très structuré non plus. Ce matin, comme dirait un ami, j'ai le blase. Dehors, le soleil brille de mille feux mais dans ma tête, la nuit est tombée. Vous allez me dire que je n'ai pas trop à me plaindre, qu'il y a toujours pire et même si vous avez raison. Ici, je craque un peu. Je craque car j'en ai marre d'avoir mal à ce fichu pied. Cette douleur persistante devient compliquée à vivre. Boiter, se crisper à chaque pas, craindre le moindre contact. J'en ai marre. Et puis, je regarde là-haut. Là-haut, où la montagne semble vraiment me narguer, noyée sous le beau temps. A cette époque, je cours, je cours, je cours en général. Des sorties trails entrecoupées de rando à skis. Je me gave de solitude et de silence. Je me remplis de cette beauté que les hommes s'échinent à tuer.Je suis ce qu'on appelle un traileur contemplatif. J'aime être dans ce monde à part. Ce monde d'espace, de solitude et de silence. Et ça me manque. C'est mon monde, mon univers. Et je suis comme un étranger enfermé. Alors oui, parfois je m'énerve. Je m'énerve en voyant des randonneurs peu scrupuleux. Quand je les vois laisser leurs déchets. Ils m'énervent aussi quand ils jettent des pierres pour faire courir les marmottes. Et ils me rendent fou quand ils sont armés et cherchent à dézinguer tout ce qui bouge. Aucun respect pour la vie. Je ne comprendrais jamais ce besoin de sang. Ce besoin de puissance. D'avoir l'impression de dominer, d'avoir le droit de vie ou de mort. Je vous vomis chasseurs. Savez-vous qu'ils ont des dérogations durant ce confinement pour aller assouvir leur besoin de mort ? Politiques, je vous vomis aussi.

Alors comment ne pas virer fou ? Je ne m'ennuie jamais, mais le manque est là. Alors quoi faire. Je lis, je lis, je lis. Et je retrouve aussi le plaisir des mots croisés. En général, après le repas, un petit café au soleil avec une grille à remplir. Et puis... Ecrire. La reprise de mon roman " Je n'ai pas dansé depuis longtemps" me permet de m'immerger dans l'histoire, dans les personnages. Une sorte de soins paliatifs. 

La musique aussi m'aide à tenir le coup. Le concert en pointillé de Eric Frasiak, Evelyne Gallet ou Marion Roch. Mais.... "Pas d'soucis" me manque. Nous venons de sortir notre 7ème album et nous rêvions d'aller le faire découvrir. Mon pote me manque, nos fous rires en répète comme en concerts, notre complicité, réduite à nos appels quotidiens.

Mes chers parents me manquent. Je ne peux conduire, je ne les ai pas vu depuis un siècle. Quelle tristesse. Eux que j'aime tant.

Mes amis, mes chers amis, vous me manquez aussi. Que vous soyez mes potes, mes collègues d'en haut. Nos chambrages, nos rigolades, nos déprimes. Nos conneries. Ne plus pouvoir planquer les skis de Jean. Ne plus graisser les skis de Jean. Ne plus pouvoir lui remplir son sac de conneries. Bref, une belle équipe. OUI, vous me manquez. 

Mon ami Fab, mon très cher ami. Nos liens sont si forts. Ils sont réduits à des appels. Mais, nos discussions, nos échanges, nos repas. Ton intelligence, tout me manque. 

Voilà les gens, c'était la complainte d'un privilégié. Mais aujourd'hui, le noir prend le dessus sur la lumière.

Chris.

Coup de gueule

Il faudra bien qu'ils passent en caisse.

 

1:

Quand l'émotion sera passée

Quand ils auront éteint leur télé

Qu'on aura retrouvé le bruit

Et que les soldes auront repris

Achetant, consommant, abîmant

Achetant, consommant, abîmant

 

Il faudra bien qu'ils passent en caisse

Président, ministres, députés

Charlatants, sous fifres, friqués

Tenant le pays en laisse

Il faudra bien qu'ils passent en caisse

il faudra bien qu'ils passent en caisse

2:

Il restera quelques souvenirs

Ils pourront insulter l'avenir

Z'ont crachés sur les infirmiers

Nos CRS les ont gazé

Et on leur présentera la note

Et le calcul de toutes leurs fautes

3:

C'est comme un devoir de mémoire

Se souvenir est un devoir

Ils vous ont envoyé voter

Vous ne devez pas l'oublier

Nous ont menti, manipulé

Il est grand temps de les éjecter

4/

Doivent pas passer entre les gouttes

S'ils ont évité le virus

N'éviterons pas la déroute

On veut en savoir un peu plus

Ce qu'il se passe dans les laboratoires

Nous les petits on veut savoir.

 

Il faudra bien qu'ils passent en caisse

Présidents, ministres, députés

Charlatants, sous fifres, friqués

Tenant le pays en laisse

Il faudra bien qu'ils passent en caisse

Il faudra bien qu'ils passent en caisse.

Qu'est-ce que les gens ne comprennent pas ?

Salut les confinés, 

Une question, non, des questions me viennent à la bouche en ces jours tristes et désabusés. La première est assez simple : Qu'est-ce que vous ne comprenez pas quand on vous dit " Restez chez vous " ??? Je ne sais pas moi, faites comme Perceval et Karadoc dans Kaamelott , dites " C'est pas faux". Non mais c'est vrai quoi. C'est fou le nombre de gens qui se sont découvert une passion pour la nature et leurs basquettes cette semaine. Je vois même ma voisine tourner autour de sa maison. Bon ok, je suis pour moi, que tout à chacun se mette au sport, vraiment, sincèrement., c'est juste le timing qui me pose question. 

Hier soir, dans le jardin de mes voisins, voilà qu'on se croit au mois de mai, quand ces fichus barbecues fleurissent de partout. Les potes sont là, les enfants sautent sur le trampoline, la bière coule à flot. Top quoi. Chacun a son explication personnel, chacun regarde par le petit bout de sa petite lorgnette, chacun regarde son nombril. Et pendant ce temps là, nos blouses blanches sont débordées, usées, fatiguées. Au lieu de les applaudir tous les soirs à 20h, écoutons les.

En même temps, on ne peut pas dire que le message du gouvernement soit des plus clair. Restez chez vous, mais il faut aller travailler. Mon frangin bosse dans une ferronnerie, zéro souci, tout l'atelier est au job, côte à côte. Il vient de se servir de son droit de retrait mais n'est-ce pas abérrant ? Perso, je ne pige rien.

Mais revenons à notre confinement. Ne serait-ce pas le moment idoine pour lire ? Pour écouter un album en entier et se délecter des mots et des notes. Brassens, Férré, Frasiak, Rimbaud peuvent nous donner de quoi réfléchir, sourire et aimer. Profitons en.

Belle soirée à tous.

Prenez soin de vous et restez chez vous.

Chris, con fini.

Je pense donc tu suis

Salut les gens, 

Une nouveauté que mon compère à mit en musique et qui sera au répertoire du prochain concert "Pas d'soucis". L'idée m'est venue en repensant à quelques discussions de dingues d'avant l'élection de Macron. J'entendais même des profs faire son apologie. Et certains autres cas...............

 

Je pense donc TU suis.

Alors lls ont voté Macron

Et jouent maintenant les étonnés

Quand ils ont élu un patron

Ils pensaient bien être épargnés

Et c'est donc vrai qu'ils sont trop cons

Se faire presser comme des citrons

Les voilà maintenant essorés

Les voilà maintenant lessivés

Refrain :

Je pense donc tu suis

C'est la nouvelle démocratie

Je passe donc t'essuies

les miettes qui te gardent en vie

Je tance donc tu fuis

Pour ne plus être à la merci

Je danse donc t'es cuit

D'en haut c'est sur les petits qu'on chie.

 

Quel mensonge cette démocratie

Quelle catastrophe, quelle utopie

Tout imposer par ordonnance

Tous méprisés, il s'en balance

Et sur nos droits s'essuie les pieds

Debout les gens, il faut hurler

Vous avez cru au Père Noel

Mais il vous jette à la poubelle.

 

Refrain.

 

C'est Robin des bois à l'envers

Avec son sourire de pervers

Il s'en prends aux plus démunis

Et surprotège les nantis

Et maintenant sonne le chaos

En marche est le camp des salauds

Faut réfléchir avant de voter

Choisir celui qui les fera crever

 

Refrain.

 

Et sur cette France en friche

Règne le présidents des riches

Quand vous avez tendus vos culs

Vous ne pensiez pas à la fessée

Le peuple est enfin dans la rue

Pas décidé à s'faire niquer

Est-on au matin du grand soir

Ou marchons nous vers l'inespoir.

Gilets jaunes

Salut les gens, 

Ceux qui passent parfois ici savent bien ma colère et mon inimiité pour Macron ( l'homme qui parle à l'oreille des autobus), donc, personne ne pourra m'accuser de soutenir le président des riches. Pour autant, comment, évoquer mon septiscisme sur l'action des gilets jaunes. Qui sont ces gilets jaunes justement ? S'agit-il de soutenir ces chauffards à la gomme. S'agit-il de soutenir ces gens incapables d'aller acheter le pain à pieds ? Ceux qui garent leur bagnole au plus près de la porte de la boulangerie, du bureau de tabac, laissant évidemment tourner le moteur pour que tout le monde ne profite bien. Ceux là me débectent. S'agit-il de la caricature que j'ai pu voir hier en Tarentaise. Ces dingues de moteur défilant contre le carburant trop cher mais qui roulent, klaxon bloqué ? Apparemment, pour ceux là, l'essence n'est pas encore assez cher puisqu'ils vont arpenter sans cesse les routes de la région. S'agit-il des excités du rond point de Moutiers, à leurs pieds des cadavres et des cadavres d'alcool ? Sont-ils repartis à pieds ??? 

Alors oui, la vie devient bien compliquée pour les plus modestes et oui encore, il ne faut pas laisser tout faire. Mais ces mêmes qui vociféraient hier, ne mettent pas les pieds dans un bureau de vote. Je ne sais plus quoi penser.

Chris.

Novembre 2018

Salut les gens, 

Décidement, cet automne 2018 est assez compliqué pour les amateurs de nature et d'extérieurs. Nos premiers écologistes de France flinguent à tout va. Et vas-y que je tue un cycliste, que j'en blesse un autre, que je dégomme une jument, que je tire sur un joggeur, bref, tout ça dans le silence assourdissant de nos chers médias. Comme le disait Val à l'époque " journaliste, c'est bien comme métier et c'est toujours mieux que de travailler."

Alors quand j'en ai marre de courir en regardant de partout pour voir si un chassassin n'est pas posté dans le coin, fusil en main, je me pose en écoutant de la musique ou en prenant un livre. Voici ma relecture du moment et mon album.

Un livre : " La vieille qui marchait dans la mer" de San Antonio

Un disque, découvert cette semaine : "Le début de la suite" de Bénabar. Avec une magnifique " Petite vendeuse", un "Chauffard", et pour finir " ça ne sert à rien une chanson".

A bientôt les gens.

Chris

Octobre 2018

Salut les gens, 

Mes petits conseils d'Octobre....

Un livre ? "Les fables de Lafontaine". Un vrai et pur régal. 

Des chansons ? En ce premier matin sans Mr Aznavour 

"Comme ils disent"

"Désormais" de Aznavour

"Sous mon chapeau" de Eric Frasiak

"La vie Théodore" de Alain Souchon.

"Respire" de Mickey 3D

" La vie d'artiste" de Léo Férré

"Je t'écris" de Eric Frasiak

"Héloïse" de Renaud

"Démocrassie" de Trust.

"La chanson des vieux amants" de Brel

"Dis quand reviendras-tu ?" de Barbara

"Titouan" de Bénabar.

Bonne journée les gens.

Août / Septembre

Salut les gens, 

Puisque ma motivation était aussi en vacances, il me faut revenir ici vous distiller quelques menus conseils pour des moments jojo, des petits moments sans desespoir.

Donc tout en double...

Deux livres qui ont égayé mon été: "La vie secrète des arbres" de Peter Wohlleben. Juste incroyable. J'ai souvent pensé à ce beau texte écrit par mon ami Gilles pour "Pas d'soucis", "Embranchement."

"Dans la peau d'un chien" de Alexandra Horowitz.....

Question un moment sur la toile, "Emotion trail; Xavier Thévenard"....J'en ai déjà parlé mais quel pur bonheur.

Quelques chansons ?

J'ai récemment fait la découverte de Leila Huissoud :

" La niaise"

"Mon français"

"On se connait depuis longtemps"

Continuons avec Trust : 

" Déjà servi"

"Demande à ton père"

Gauvain Sers et Clio

"Mon rameau"

Gilles Servat :

" Je ne hurlerais pas avec les loups"

" Touchez pas à la blanche hermine"

Bashung :

"Je t'ai manqué"

"Samuel Hall"

Barbara :

" Dis quand reviendras-tu ?"

Brassens :

" Mourir pour des idées".

A bientôt les gens.

Pas d'soucis

Salut les gens, 

Il y a un élément important dans ma vie. Le groupe "Pas d'soucis". Un groupe que nous avons formé, il y a 20 ans. Juste incroyable cette aventure. Nous avons traversé des tempètes, réussi de jolis moments d'émotions et fait des rencontres terribles. Dans une semaine, le 20 juin, nous serons en concert à Seez et nous avons hâte de monter sur scène et chanter nos textes, nos notes. En attendant, nous avons réactivé la page Facebook du groupe. Un petit tour ? 

 

Chris.

On vous avait prévenu

Salut les gens, 

Je me souviens de débats enflammés lors des élections, je me souviens d'engueulades et voilà...

Dans une précédente chanson, "Pas d'Soucis" chantait " Faudra pas pleurer", elle n'a servi à rien visiblement, nous revenons donc à la charge.........

 

On vous avait prévenu

 

Et ils ont voté Macron

et jouent maintenant les étonnés

Quand ils ont élu un patron

Ils pensaient bien être épargnés

et c'est donc vrai qu'ils sont trop cons

Qu'ils soient chomeurs ou salariés

Se faire presser comme des citrons

Les voilà maintenant esssorés

 

Nous on vous avait prévenu

C'est pas le moment de venir pleurer

Quand vous avez tendu vos culs

Vous ne pensiez pas à la fessée

Il est temps d'aller dans la rue

Et le sortir de l'Elysée

 

Quel mensonge cette démocratie

Quelle catastrophe, quelle utopie

Tout imposer par ordonnance

Tous méprisés, il s'en balance

Il ose Hulot, fameux héros

Vrai tartuffe et faux écolo

Et sur nos droits s'essuie les pieds

Debout les gens, il faut hurler

Nous on vous avait prévenu

C'est pas le moment de venir pleurer

Quand vous avez tendu vos culs

Vous ne pensiez pas à la fessée

Il est temps d'aller dans la rue

Et le sortir de l'élysée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site