Blog

Faux

Salut les gens, 

Un petit billet qui me trotte dans la tête depuis quelques temps. Ce n'est pas nouveau mais je trouve que ce monde marche de plus en plus sur la tête. Si encore, cela s'arrêtait aux politiques. Mais non, l'ensemble de la population devient folle. Ce besoin de reconnaissance, ce narcicisme m'étonne. Et que dire du nombre d'actes contraires aux paroles prononcées. C'est fou. Quelques exemples :

Je suis : Un fou de montagne et de nature, sur les réseaux sociaux j'invite les gens à être éco responsables. A respecter la nature. Et qu'est-ce que je fais moi ? Je participe à des expéditions dans le monde entier. Je traverse la planète du Nord au sud et d'est en ouest pour satisfaire ma "Passion" que je vais expressement partager sur Instagram, Facebook ou autres. Je fonctionne mon téléphone en main. J'attends le nombre de "J'aime". J'espère un grand nombre de vues. Faut que les gens tirent la langue en ME voyant, ME jalousant. Ah que j'aime cette planète mais je la parcours au volant de mon diesel. Je roule, je roule, je roule....

Je suis : Un amoureux de la nature... Mais je vais ça et là mon fusil à la main prêt à flinguer, dézinguer, apeurer. Je suis de ceux qui ont l'autocollant " La chasse, une neccessité pour l'écologie" au cul de ma bagnole mais je ne quitte pas mon 4x4. Chaque partie de tuerie avec mes potes flingeurs du lundi, mercredi, jeudi, samedi et dimanche sont l'occasion de déverser des tonnes de plombs dans ce joli monde. J'oublie souvent de ramasser mes ordures aussi... Mais, mais, mais, je prélève, je prélève, je prélève.

Je suis : Un petit patron du coin. Au bistrot, je crache sur ses foutus migrants, je vomis sur ces émigrés qui viennent profiter de l'argent de l'Europe. Non mais c'est vrai quoi. Et puis.... J'embauche des Polonais, main d'oeuvre bien moins chère....

Je suis : un / une employé(e), modèle de l'entreprise. je crache sur les petits chefs qui ne connaissent rien au job. Qui pollent la vie de "ceux qui savent faire". Je m'énerve contre la direction qui nous mène par le bout du nez, qui nous arnaque, nous ment. Et.... A la première proposition, je postule pour devenir "Un petit chef"..... Je repense à Férré " Les chefs, tous les chefs, même les plus petits, c'est vraiment de la merde"

Je suis : Une alter mondialiste. Non, un mensonge. Je veux moi aussi sauver la planète et évoquer la décroissance. Et... Je ne résiste à aucune mode. Je saute sur le bijou qui me plait, sur les fringues qui me mettront en valeur, sur l''objet bien inutile mais joli. J'achète l'amour.

Je suis : ce mec solitaire et qui passe sa vie au milieu de groupe.

Je suis : le parent modèle, inculquant de belles valeurs à ma progéniture. Et puis... je lui fait des promesses que je m'empresse de jeter aux ordures pour garder ma liberté de mouvement.

Je suis : celui qui crache sur les soirées "entre elle", entre potes. Je n'ai rien à leur dire. Leurs vies sont fades et les discussions inintéressantes. Mais.... Je ne loupe JAMAIS une invitation.

Je suis : ce mec qui parle de la mort avec envie et je suis celui qui reste.

Je pourrais continuer des heures. Nous avons tous ce coté là. Moi aussi, je le sais, je l'avoue.

Chris

 

VRAIS

Salut les gens, 

Je viens poser quelques mots ici. Des mots pour dire mon incompréhension du monde qui m'entoure. Des mots pour chercher la lumière. Je suis plongé dans l'obscurité depuis quelques temps. Oui, ça fait bizarre de comprendre ( tardivement), combien mes sensations sont biaisés. Alors, je reviens aux sources. Aux gens simples, humbles, droits. Ceux qui n'abreuvent pas de belles promesses. Les silencieux. Mais qui déboulent au galop quand la vie déroule sous vos pas ses saloperies. Je ne reviendrais pas ici sur mes amis Fab ou Jean-Claude. Pourtant indispensables et leur amitié indefectible me touchent. Mais deux ou trois mots sur un rhino grincheux si touchant, captivant, présent quand la tempète s'approche. Il aurait pourtant tant d'autres chats à fouetter... Merci MONSIEUR Gilles. Et je ne passerais pas sous silence la présence féminine et forte de Céline. Ah Céline. Un pur talent d'auteure, de musicienne, d'humaine. Voilà 45 jours que mon Eclipse est partie. 45 jours d'errance, de souffrance, de larmes et de solitude. Ma merveille hante mes nuits et peuple mes jours. Il parait que la vie continue mais tellement moins bien. La compagnie d'un chien illumine ma vie. Son absence me plonge dans un noir terrifiant. Céline l'a compris. Quelques mots au téléphone, des mails échangés ( oui, Céline n'est pas une voisine...), et la voilà qui se lance à la recherche d'une nouvelle compagne pour moi. Je ne veux pas, j'hésite, refuse, m'offusque, pleure encore. J'veux pas trahir mon Eclipse. J'veux pas remplacer, comparer. Puis... Descendant chaque jour un peu plus bas, je suis ses conseils. Et voilà.... Naïka déboule dans ma vie. Une adorable chienne Golden Retriever qui m'empèche à son tour de dormir. Mais qui accapare mes journées. Qui vient chercher des calins dans mes bras. Qui m'amuse. Je ne te trahis pas Eclipse, je ne t'oublie surtout pas. Tu es dans chacun de mes pas toi aussi. Nous sommes liés à jamais. Et Naïka prend ta trace..... Merci du fond du coeur à toi Céline. Merci à mon ami Gilles, votre amitié est VRAIE, durable, solide. Je vous aime.

Je vous associe, ceux "d'ici", qui me surveille du coin de l'oeil. Et coucou à Sandrine ( présence virtuelle mais drôle, touchante).

Chris.

Septembre en attendant

Salut les gens, 

En attendant d'être capable de revivre un peu. Je vous livre quelques menus conseils.

Un livre : "Une très légère oscilliation", un livre magnifique de Sylvain Tesson. Je vous le conseille vivement.

Un disque : Kent en public. L'ex chanteur de Starshooter nous emmène dans son univers avec cette belle chanson " Je suis un kilomètre".

Une fois n'est pas coutume, je découvre un monde que je connais peu et mal, la BD. Mais un cadeau sublime me fait venir là-dessus. "Des bosses et des bulles" de Mathieu Forichon. 

Ma belle me manque, ma fée montagne me manque. Triste année, triste monde.

Chris.

La merveille

Salut les gens, 

Cette vieille chanson de Higelin me trotte dans la tête : " J'suis mort, qui dit mieux ?". Pourtant, la souffrance qui me tiraille les entrailles me rappelle que je suis vivant. Agenouillé, endeuillé, laminé, humilié, éffondré mais vivant. Ma belle Eclipse s'en est allée au paradis des chiens. Ma bebelle, ma merveille, j'espère que là-haut tu ne rencontres pas le même genre d'humains qu'en bas. Ici, la terre grouille de menteuses, de manipulateurs, de séduisantes vipères, de beaux parleurs. J'suis tombé dans le ruisseau mon Eclipse et tu étais là pour me tirer sur le bord. Ton regard rempli d'amour, ta fidelité sans borne. Sans envie ni besoin d'agrandir le nombre de tes proies. Sans besoin de séduction tout azimut. Quand je m'inquiétais de te trimbaler partout, on me disait : " Eclipse s'en fout, ce qu'elle veut, c'est être avec toi." Et moi, ce que je voudrais ma Louloutte, c'est être avec toi. A la maison, dans la rue, en voiture. Te sentir là, bienveillante, me couvrant de ton amour sincère. Et puis Eclipse, monter là-haut ou je ne voyais que des gens droits, pas de tricheurs avides de reconnaissance. Alors je tombe de haut ma belle, mon Eclipse. Mais comme toujours depuis le 1er juillet 2009, jour où tu es entrée dans ma vie, tu m'as réanimé. Et je voudrais à nouveau, encore et encore et encore, courir les sommets avec toi, en quête d'oxygène, de liberté, de sincèrité. Avec toi, ma chienne. Donc, ça aussi je l'ai perdu. Tu es partie sans prévenir. J'ai ton dernier regard triste gravé en moi. Comme si tu savais qu'on ne se verrais plus. Tu m'as tant aidé à supporter ce monde en folie, ce monde où certains remplacent les gens comme des objets. Tu tenais les nuages éloignés de moi. Je te suis et te serais toujours reconnaissant d'avoir partagé ma vie. Si tu savais comme je t'aime, comme tu me manques. Je me trompe de touches sur le clavier, les larmes troublent ma vue et ta disparition trouble ma vie. Putain Eclipse, je ne vais pas y arriver sans toi. Pourtant, les sincères, les fidèles me tendent la main. Mes remerciements sont timide, ma peine est si profonde. Ce petit billet n'est pas du niveau de mon amour ETERNEL pour toi.

Higelin pour ouvrir, Higelin pour finir : " Mon coeur est déchiré, séparé du tien".

Chris.

Merci JC, Fab, Gilles, Gé, Céline, Yanet, Sand, Nat, M. Chou, Renée.

L'âme sentinelle

Salut les gens.

L'âme sentinelle

 

Puisque tu veux partir / Fais le donc sans rien dire

Les mots sont parfois en trop / Surtout quand ils sonnent faux

Ne rouvre pas la porte / Laisse les choses de la sorte.

 

Comme deux vieillards perdus

Dans cette nuit obscure

Ecoutant le murmure

D'une vie d'avant

Quand nous étions amants

Mais la chambre s'est glacée

et la beauté brisée.

 

Ne rappelle pas non plus / Laisse se faire la mue

Laisse donc s'installer / Une nouvelle vérité

Laisse moi chasser le doute / Et prendre une nouvelle route

 

Comme deux vieillards perdus

Dans cette nuit obscure

Ecoutant le murmure

D'une vie d'avant

Quand nous étions amants

Mais la chambre s'est glacée

et la beauté brisée

 

Je courberai l'échine va / Je ne parlerai pas

Aucun son, aucun cri / Je continue ma vie

Je ne dirai ni ceci ni cela / Je ne te salirais pas.

 

J'attends les soirs d'été / Où souflle la liberté

Mon âme sentinelle murmure l'aveu

que tout cela n'est qu'un jeu

Et que mon coeur enfin / A retrouvé le feu...

 

L'erreur, la grosse erreur.

Salut les gens, 

Quand le moment sera venu, quand j'aurais réussi, je reviendrais ici vous parler de ma merveille. De mon Eclipse. De cette chienne qui m'a sauvé la vie, qui l'a éclairé de son amour et sa fougue. Mais en attendant de trouver les mots et le courage il me faut continuer à regarder le monde et les gens. Ainsi là, je me retrouve à me dire que je n'ai pas le bon regard sur les humains. Ceux que je ne regardais pas attentivement me témoingnent de l'attention en cette période troublée. Et ceux que je montais au pinacle sont absents. Il est vrai que de se tromper dans les grandes largeurs ne fait pas plaisir. Je pensais que ceux qui m'entouraient n'étaient pas de la race de ceux qui ont un besoin immense de reconnaissance et de regards sur soi. Ce besoin d'être admiré, même si pour cela, ils sont prêts à maquiller la vérité. J'aurais du pourtant voir qu'aucune sortie montagne ne se faisait sans l'appareil photo en main. Pour garder un souvenir ? Non, non, pour publier aussi sec sur les réseaux sociaux. Facebook est surfait ? Go sur Instagram. Regardez comme je suis fort, je monte sur ces montagnes, j'ai fait ceci ou cela. Que cela date ou soit récent. Voyez comme je suis beau, voyez ces moments que je vis. Mais vous les vivez dans le seul but de vous en vantez. On parle du monde d'en haut en fonçant poster les photos, les statuts, pour partager avec ces hommes qu'on semble détester quand on est seul en haut. Enfin bref, la déception est grande. Il me faut rester dans ma grotte ou près des gens simples.

Merci à ceux qui comme le dit Goldman " Resterons fidèles quand il sera moins facile de l'être."

Chris.

Août

Salut les gens, 

Il m'est pratiquement impossible de vous donner de bons conseils en ce moment. Je tombe de haut. La perte de mon Eclipse est juste insurmontable. Pourtant, il parait que la vie continue,mais tellement moins bien.

Un livre : "On ne vit qu'une fois", de Patrick Pelloux. L'état des services de santé fout tout simplement la trouille. Mais il est bon de voir ça de l'intérieur.

Un disque : " Boucan d'enfer", de Renaud. Quand l'absence et les départs vous ramènent au ras des paquerettes. A écouter " Coeur perdu", "Je vis cacher". et le sublime "Mon bistrot préféré".

Un film : " Les enfants du marais" et cette magnifique réplique " Moi, je connais un endroit où rien n'est interdit.

Chris. 

Opération survie.

Salut les gens, 

Ah la balançoire, cette balançoire qui nous balance de haut en bas, de bas en haut. Aujourd'hui, je me suis mis en opération survie. Une envie de rester un peu en haut. A l'initiative d'un ami, nous voilà partis ce matin à l'assault du St Jacques, ce joli mont que j'aime beaucoup. Ce n'est pas une montagne technique mais de là-haut, le panorama est exceptionnel. C'est un jour avec. Un jour avec des jambes, du coeur. Je pousse sur les mollets, sur les jambes et j'avance, j'avance, comme je n'ai jamais avancé. Incroyable. Je me retourne souvent, j'attends mon pote. Il est plus fort que moi en général, je n'en reviens pas d'ailleurs. Mais bref, c'est une joie. J'enchaine les virages dans la forêt avant de relancer dès que possible. Nous arrivons au lieu dit le Ceriserey. En attendant que mon ami se rafraichisse au bassin, je lève la tête et à l'orée de la forêt, j'aperçois un animal qui passe furtivement. Je n'ai pas le temps de voir sa tête mais en revanche, je le vois courir, la queue entre les jambes.... Comme un loup. Ces loups que j'adore. C'est génial mais je ne peux le dire avec certitude. Nous continuons notre grimpette. Voici le col du Seuchet et...... Au sortir d'une montée dans les rochers, je me retrouve face à.... Un loup, un jeune loup. Là, pas d'hésitation, pas de questions à se poser, c'est un LOUP. Je suis ému, touché, content. Il disparait dans un talus. Ma journée est réussie. Je suis aux anges. Nous voilà au fameux st Jacques. Une photo, un coup d'oeil et nous nous lançons dans la descente. J'aime cet exercice. Je me régale. Voilà déjà les Esserts, ou nous attends la famille et un joli repas champètre. Un bon moment passé dans le bassin avant de passer à table. Au final une journée enfin constructive. Une journée positive. J'attendais ça depuis longtemps.

Merci JY et merci les loups. Mais planquez vous. Ce monde est peuplé de flingeurs en tout genre.

A bientôt.

CHRIS.

Juillet

Salut les gens,

Je viens souvent ici vous vanter mes lectures, mes musiques, mes goûts. Aujourd'hui, pour débuter ce mois de juillet, je n'ai que des presques supers. C'est à dire des choses pas mal, qu'on peut aimer à la rigueur. Qui vont peut-être vous plaire à vous. Que j'ai lu ou écouter sans déplaisir mais sans sauter au plafond non plus.

Un livre ? "8000+", de Ueli Steck. Un bouquin de ce fabuleux alpiniste qu'était Steck, lui aussi, comme les autres, emporté par sa passion de la montagne, par le toujours plus vite, toujours plus fort, toujours plus fort. Certes, ce fut un pro incroyable. Mais ce bouquin qui relate ces ascensions de maboule, manque cruellement de passion. Je sais, là-haut sur les 8000, l'émotion n'a pas de place. La vie est toujours en jeu. Mais je regrette que lorsqu'il se pose, pas un mot d'amour pour ces sommets, mais juste des buts à atteindre. Et je déplore aussi les voyages incessants en avion pour satisfaire ses désirs. Bref...

Un CD ? "Pourvu" de Gauvain Sers. Alors lui, c'est un vrai coup de coeur. Je l'ai découvert en 1ere partie de Renaud. Ce gamin a une vraie plume, un vrai talent d'écriture. Sa chanson "Pourvu" est un petit bijou. Cependant, la façon de chanter est toujours la même, les mélodies sont interchangeables. Mais il est jeune, il va progresser. A découvrir quand même.

Un film ?  " Le premier jour du reste de ma vie."

A bientôt les gens.

Chris

La balançoire

Salut les gens,

Il parait,

il;parait, qu'il faut prendre sa vie en main. Moi, elle me file entre les doigts comme du sable fin. Je serre, je me crispe mais tout fout le camp en ce foutu mois de juin. J'essaie, je tente, je m'accroche. Mais oui, l'adage est juste " Un seul être vous manque et tout est dépeuplé". Afin de ne pas plonger et ainsi prendre le risque de ne pas remonter car je connais la pente.... Que faire ? la lecture ? je suis en souffrance pour me concentrer. Alors, je grimpe sur cette balançoire qui m'emmène un moment en haut, un moment en bas. Pour l'instant, le remède pour être en haut est le trail. Je prends ma fidèle Eclipse et je me lance. Je cours, je cours, je cours. A perdre haleine, à m'en faire brûler les poumons et les cuisses. Je cours, je rencontre chamois et bouquetins et pendant ce temps là, la vie est supportable. Et puis, je rentre pour la douche et là, je suis tout en bas, a ressasser mes souvenirs, mes désirs évanouis. L'amitié me direz-vous ? Je sais que mes amis s'inquiètent un peu mais les années ayant passées, ils sont tournés vers leur famille, leur job. Je peux comprendre. Comme je peux comprendre qu'il s'agit de malheur de riches. Enfin, voilà les gens. C'était un instantané de ma vie sur la balançoire.

Chris

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×