Blog

Pas d'soucis

Salut les gens, 

Il y a un élément important dans ma vie. Le groupe "Pas d'soucis". Un groupe que nous avons formé, il y a 20 ans. Juste incroyable cette aventure. Nous avons traversé des tempètes, réussi de jolis moments d'émotions et fait des rencontres terribles. Dans une semaine, le 20 juin, nous serons en concert à Seez et nous avons hâte de monter sur scène et chanter nos textes, nos notes. En attendant, nous avons réactivé la page Facebook du groupe. Un petit tour ? 

 

Chris.

Un an

Salut les gens, 

Nous sommes le 12 juin. Aujourd'hui, je pourrais vous parler du passé. Je pourrais revenir sur des évènements survenus en juin dernier. Des coups de couteaux, de la souffrance du moment. En relisant les billets de l'année dernière, on peut deviné mon malaise. Mais aujourd'hui.... A la manière de Renaud, je suis "Toujours vivant / Toujours debout". Ou à celle de Font et Val " Mort aux cons et vive la vie...." Alors voilà, d'un revers de la main, je chasse le passé avec juste un coup d'oeil dans le rétro pour penser à mes amis. J'ai une chance inouïe que je mesure chaque jour. Merci Jean-Claude, Fab, Renée, Gilles, JY. L'amitié ça tient chaud.

Et je vais me fendre d'un petit mot spécial pour Céline Aubertot-Cauvin. La fameuse, l'unique, la grande Céline. A la perte de mon Eclipse, elle n'a eu de cesse de m'appeler, de m'écrire, de chercher une nouvelle compagne pour moi. Et c'est ainsi que Naïka est entrée dans ma vie. Une Naïka qui me comble chaque jour. Au moment où j'écris ses modestes lignes, elle est couchée sous ma chaise, protectrice. Merci ma Céline. Merci. Aujourd'hui, en ce 12 juin, Naïka à un an. Comme moi, elle se moque bien des anniversaires et des célébrations à la con. Elle cherche juste l'authenticité. Chez elle, rien de virtuel, de ponctuel. Elle tente, à sa manière de rendre ma vie plus belle et elle y parvient. Pour autant, jamais, jamais, jamais, je n'oublierais ma belle Eclipse, ma merveille. Pas une journée sans larmes, pas une journée sans un regard là-haut, où elle repose. Tu me manques.

Voilà, je voulais dire aux gens cités plus haut que je les aime. 

Chris.

Juin

Salut les gens,

Oui, je sais, juin déroule ses jours pluvieux sur nos têtes depuis quelques semaines déjà. Oui, je sais, j'aurais pu venir ici vous prodiguer quelques menus conseils pour vos soirées. Parce que oui, comme le dit si bien Xavier Thévenard, grand traileur et personnage à part : " Il n'y a pas de mauvais temps, juste des mauvais vetements." C'est en écoutant ces paroles que je me lance souvent, couvert d'une veste de pluie, sur les sentiers de ma tarentaise. Et oui, courir fait du bien. Retrouver cette liberté de sortie, de vitesse, d'itinéraire que nous donne la solitude, c'est géant. Mais je vais quand même me permettre quelques conseils.

Un livre ? "A l'aube", le dernier Philippe Djian. Son style, ses histoires, je suis complètement fan.

Un disque ? " Parlons-nous" de Eric Frasiak. Rempli de bijoux.

Un moment sur la toile ? "Trail dog" de Salomon. Je le regarde en pleurant à chaque fois. Le protagoniste nous dit " va courir, même quand il pleut..."

A bientôt les gens.

Chris.

On vous avait prévenu

Salut les gens, 

Je me souviens de débats enflammés lors des élections, je me souviens d'engueulades et voilà...

Dans une précédente chanson, "Pas d'Soucis" chantait " Faudra pas pleurer", elle n'a servi à rien visiblement, nous revenons donc à la charge.........

 

On vous avait prévenu

 

Et ils ont voté Macron

et jouent maintenant les étonnés

Quand ils ont élu un patron

Ils pensaient bien être épargnés

et c'est donc vrai qu'ils sont trop cons

Qu'ils soient chomeurs ou salariés

Se faire presser comme des citrons

Les voilà maintenant esssorés

 

Nous on vous avait prévenu

C'est pas le moment de venir pleurer

Quand vous avez tendu vos culs

Vous ne pensiez pas à la fessée

Il est temps d'aller dans la rue

Et le sortir de l'Elysée

 

Quel mensonge cette démocratie

Quelle catastrophe, quelle utopie

Tout imposer par ordonnance

Tous méprisés, il s'en balance

Il ose Hulot, fameux héros

Vrai tartuffe et faux écolo

Et sur nos droits s'essuie les pieds

Debout les gens, il faut hurler

Nous on vous avait prévenu

C'est pas le moment de venir pleurer

Quand vous avez tendu vos culs

Vous ne pensiez pas à la fessée

Il est temps d'aller dans la rue

Et le sortir de l'élysée.

Déjà servi

Salut les gens et merci Bernie.

Déjà Servi

Ceux qui me trahissent, ceux qui me bannissent

ceux qui sont ventre à terre

Ceux qui me mordent, ceux qui me lèchent

S'agitent et s'assèchent

Ceux qui m'encadrent, ceux qui me cadrent

Me mentent et me dégradent

Je suis autre, jamais ne me vautre

Je suis un enfoiré et personne d'autre

Je fais envie, c'est pas ma faute

le bon dieu lui-même me l'a dit

Ils vont te trahir, ils vont te salir

Car tu ne seras jamais un ventre à terre

Je cherche, je cherche, ce qui me traverse, me boulverse

je cherche, je cherche, ce qui me traverse, me boulverse

Y en a qui pensent, qui pensent que je danse, une danse atrophiée

J'bouge pas pareil, j'n'ai pas eu à apprendre

J'ai toujours su danser, quand je danse

C'est dense, dense à tout dévaster

j'avance, je pense

Personne d'autre que moi ne mène la danse

Tout est fragile, tout est mortel

Mortellement fragile

Gardez vos façons, j'ai ma manière

Je ne m'agenouille pas quand je rentre en prière

Je cherche, je cherche, ce qui me traverse, me boulverse

Je viens du fond, pour être au bord

Ma tête et mon corps sont mes seuls deux points forts

De tourmentant à tourmenté, cash j'ai payé

si j'fais envie, c'est pas d'ma faute

Je n'ai pas eu à mendier, j'étais déjà servi...............

Et c'est toujours au moi de Mai...

Salut les gens,

J'ai volontairement zappé avril et son proverbe débile. Mais voici que mai avance et j'ai en tête la sublime chanson de Thiéfaine. "Mai, joli mai, mois de Marie...../. et c'est toujours au mois de mai, qu'on a envie de se pendre..." Bref, moi, j'ai envie de courir, de lire, d'écouter de la musique. Ce soir, au retour d'une belle sortie trail avec ma petite Naïka, je voulais vous donner quelques menus conseils.

Un livre : "Antispéciste" de Aymeric Carron. Un plaidoyer pour la cause animal. Magnifique.

Un disque : Dans le même sang" de..... TRUST, putain de vingt dieux, je fais un bon en arrière de 30 ans mais cet album grandiose, servi par des textes puissants du grand Bernie Bonvoisin et par la guitare de Nono, me renverse. Il débute par " Ni dieu ni maître" et c'est un pur régal de rebellion " debout les libertaires".....

Un petit extrait de Hexagone :

" Ils se souviennent au mois de mai d'une révolution manquée, d'un sang qui coulait rouge et noir...."

A bientot les gens. J'ai le stylo qui me démange.

Chris.

Vide

Salut les gens, 

Enfin, enfin, les humains cessent de nous saouler avec leurs voeux à la con. Oh ils en traînent encore ici ou là, lorsque les hommes n'ont rien d'intéressants à partager. Je hausse les épaules à chaque fois et me replonge dans mes habits de fantôme. 

Bordel que la vie est fade sans mon Eclipse, putain que sa disparition est une plongée en enfer. Pas une minute, pas une seule minute depuis qu'elle est partie, je n'ai pensé à elle. Je ne suis pas le roi Renaud, je n'ai pas comme lui " Ce don du ciel, cette grâce, qui rend la vie moins dégueulasse". Je veux parler du talent d'écrivain, de manieur de plume. Pourtant, je voudrais tant puiser dans les mots, le remède. Faire courir sur le papier ou sur les touches du clavier, la haine, la colère, l'injustice, la tristesse et la détresse. J'écris ces lignes en regardant la montagne là-haut, où elle repose. Cette montagne que nous avons gravi tant de fois, elle est moi. En trail, en randonnée, en ski. J'ai l'impression qu'une force invisible m'appuie sur les épaules, me maintiens la tête en bas. Combien de fois nous sommes nous assis côte à côte en regardant la vallée et le monde d'en bas. Combien de fois l'ai-je pris dans mes bras tout au sommet en lui disant merci. Merci d'exister, merci d'être là. Merci de m'avoir donné envie de recourir la montagne. Je suis vide, vidé, épuisé et fade. Nous sommes le 12 janvier, aujourd'hui, Naïka a 7 mois.Une fabuleuse petite chienne retriever. Douce, gentille, caline et belle. Elle aussi, comme ma compagne et mes amis, va tenter de me faire remonter cette putain de pente. Le 12 janvier, je n'ai pas encore chausser les running de l'année, pas chausser les skis, pas les raquettes. Une petite mort en somme. Pas le goût. Sans Eclipse, tout est dérisoire. Vous qui passez par là devez vous dire " il est barge celui là, pour un chien...". Oui, je suis barge et comme le chante si bien Renaud " Si moi je suis barge ce n'est que de tes yeux, car ils ont l'avantage d'être 2". Mon "deux" à moi, c'était cette boule de poils impulsive, solide, pleine de jus. Mon "deux", c'était son regard si plein d'amour. C'était sa joie de bondir hors du coffre tandis que je chaussais sac à dos, chaussures de ski ou mes basquettes. Elle revenait comme une bombe après être allée fouiner dans les fourrés. Elle semblait demander " On va où Chris ?". Et au retour, quand elle sautait de nouveau dans la voiture, je ne dérogeais jamais au rituel du gros calin et des remerciements. Eclpise a embelli 8 ans de ma vie. Inséparables, complices, elle m'a aidé à surmonter tous les coups bas de l'existence. Les disparitions, les embrouilles, les mensonges, la vie. Il y a quelques jours, j'ai emmené Naîka chez le vétériaire. On nous a installé dans le même cabinet, sur la même table que lors du décès de ma merveille. Et tandis que le véto me parlait, les larmes me sont monté et j'ai pleuré là, devant ce jeune mec incrédule et démuni qui ne savait quoi dire. Depuis, j'ai bien du mal à refaire surface. Tiens, au moment d'écrire ses lignes, une petite chienne vient déposer son museau sur ma cuisse. Je délaisse un instant l'ordi pour caresser sa tête. Merci ma Naïka. Tu as sans doute raison. Il ne faut jamais oublier Eclipse, mais tenter de remettre un pied devant l'autre pour continuer l'histoire. "On ne refait pas sa vie, on continue seulement" a écrit Djian. Continuons alors....

Chris 

Janvier

Salut les gens, 

La météo s'acharne. Les tempêtes succèdent aux tempêtes. Il nous faut quand même sortir nous aérer les neuronnes. Après une sortie raquettes la nuit du 31, je repense à tout ce que je pourrais vous proposer pour éclairer les soirées, les jours pluvieux. Quelques conseils :

Un livre " Dispersez-vous, ralliez vous" de Philippe Djian, un putain d'écrivain. Et comme il fait un clin d'oeil à Rimbaud avec ce titre extrait des "Corbeaux" de Arthur, je vous invite à découvrir ce poème.

Un peu de musique ?

Thiéfaine " Stratégie de l'inespoir"

Renaud " Hexagone"

Frasiak " J'traine"

Trust " Marche ou crève"

Mickey 3D " Respire"

Brassens " Je suis un voyou"

Souchon " Putain ça penche"

Dites m'en des nouvelles...

 

Chris.

Bientôt fini...

Salut les gens, 

Allez, on tient le bon bout. Les naîfs et ceux qui veulent tout oublier, faire les autruches, vont bientôt avoir fini avec leur voeux à la con. Fini de nous raconter leurs réveillons alcoolisés où ils ont trop bouffés mais c'était boooon. Fini aussi de répéter "Et surtout la santé hein". Me souhaiter pas une bonne année les gens. Elle sera ce qu'elle sera, ne me dites pas " Bonne santé", sauf si vous êtes un remède. Bref, passons à 2018 sans en rajouter, sans être chiants. Merci d'avance. Apparement, rien n'a jamais changé, profitant des gueules de bois, la vie nous met un nouveau coup de bambou et Macron un coup de pied au cul. Saloperie de pauvres, qu'il nous dit. Je ne pensais pas qu'un jour je détesterais un président autant que j'ai haïs Sarko. Notre président des riches réussit donc cet exploit. Comme toujours, ni gauche ni droite veut bien dire, ni gauche.

Allez, j'arrête là pour aujourd'hui, je vais consacrer mon énergie à ma Naïka.

Chris

L'inespoir

Salut les gens, 

Elle arrive enfin, la fin de cette fichue année 2017. Une année des plus pourries. Heureusement, peu de gens avaient osé me souhaiter une bonne année. Heureusement. Car putain, si je me retourne, si je regarde bien ce que m'ont apporté ces 365 jours, ça donne envie de pleurer. En début d'année s'en allait Suzanne, une vieille personne que j'aimais beaucoup. J'aimais aller la rencontrer dans sa maison de retraite. J'aimais son humour, ses coups de gueule contre ce monde qui part à vau l'eau. J'aimais sa culture, sa mémoire incroyable et faire avec elle des grilles de mots croisés. Je voulais lui dédier ces quelques mots. Puis tout c'est enchaîné tout est parti en brioche. Le frère de ma chère maman abandonnait lui aussi le combat. Et ce fut comme ça toute l'année, toute cette fichue année 2017. Je ne vais pas vous énumérer ici tous les proches qui sont partis. Un gros coup dur en fin de printemps avec une perte des plus importante pour moi. J'eu du mal à m'en remettre et le coup de grâce.... Eclipse, mon Eclipse. Cette chienne fabuleuse donc, m'abandonnait sur cette terre en plein milieu de l'été. Je n'ai pas honte de vous dire que cette disparition là fut juste terrible. Il m'en a fallu des heures, de l'amitié et de l'amour pour ne pas sombrer. Et écouter les conseils de Céline, qui alla même jusqu'à me trouver une petite chienne. Et voilà que Naïka est là.... Merci Céline, merci, merci, merci.

Alors qu'attendre de cette année 2018 ? Espérer que les hommes deviennent moins fous ? Belle utopie. On ne va pas changer le monde, il est trop vieux pour ça. Je ne vois aucun motif d'optimisme. Rien. J'écoute alors le merveilleux Thiéfaine et sa chanson " Stratégie de l'inespoir"........ Et vous ?

 

Chris.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×